La Décision du CSA n° 2019-630 du 18 décembre 2019 a fixé les modalités des demandes d’autorisation de réémetteur TNT présentées par une collectivité territoriale ou un groupement de collectivités territoriales ou par un propriétaire de constructions, un syndicat de copropriétaires ou un constructeur.

Article 30-3 de la loi du 30 septembre 1986

L’article 30-3 de la loi du 30 septembre 1986 modifiée fixe le cadre des possibilités offertes aux collectivités territoriales et à leurs groupements pour bénéficier, avec l’autorisation du CSA, de la ressource radioélectrique nécessaire à la diffusion des chaînes de la télévision numérique terrestre (TNT) dans les zones non couvertes par ce réseau. Ce dispositif bénéficie également aux propriétaires de constructions, aux syndicats de copropriétaires ou aux constructeurs afin de réduire ou de supprimer la gêne à la réception de la radio ou de la télévision par les occupants des bâtiments voisins (art. L. 112-12 du code de la construction et de l’habitation).

Cas relevant de la procédure d’attribution d’autorisation



La zone concernée doit être non desservie ou mal desservie par les émetteurs TNT retenus par le CSA.  Pour une collectivité territoriale ou un groupement de collectivités territoriales, la demande doit être fondée sur une décision de son assemblée délibérante. Dans le cas de gêne à la réception de la télévision par les occupants des bâtiments voisins due à des immeubles ou à des éoliennes, les propriétaires de constructions, les syndicats de copropriétaires ou les constructeurs devront fournir une demande d’implantation de réémetteur pour les multiplex concernés. L’autorisation délivrée au constructeur est transmise de plein droit au propriétaire ou au syndicat de copropriétaires lorsque la construction est achevée ; le constructeur en informe alors le Conseil.


Les programmes concernés

Le demandeur doit préciser les groupes de programmes qu’il choisit de réémettre parmi les opérateurs de multiplex déjà autorisés par le Conseil. Il ne lui est pas possible de recomposer les multiplex en créant d’autres groupes de programmes. Pour toute modification de choix de multiplex (ajout, retrait, remplacement) qui pourrait survenir, notamment à la suite d’une recomposition nationale de multiplex décidée par le Conseil, le bénéficiaire d’une autorisation de réémission doit en faire la demande auprès du Conseil et fournir tous les documents indiqués ci-dessous concernant les nouveaux multiplex concernés. Pour les chaînes locales, la demande de réémetteur ne doit pas conduire à une extension substantielle de leur zone de desserte.

Le dossier de demande d’autorisation

Le dossier de demande d’autorisation est constitué des pièces suivantes :


– un courrier du représentant légal (et pour une collectivité locale ou son groupement sa délibération donnant pouvoir à son représentant pour entreprendre les démarches nécessaires) précisant la demande de réémetteur et notamment le choix des multiplex ;

– pour une collectivité territoriale ou son groupement, une estimation comparative des coûts, pour la collectivité et les foyers domiciliés sur son territoire, des modes disponibles de réception de la télévision, notamment en fonction de la répartition déjà existante de ceux-ci dans la zone concernée ;

– une fiche de renseignements techniques et de consultation Comsis (1) pour demande de réémetteur TNT;


– des études, notamment par simulations informatiques présentées sous forme cartographique (précisées dans la fiche de renseignements évoquée ci-dessus), justifiant la mise en œuvre du réémetteur (zone blanche, zone d’ombre, zone de perturbation par un immeuble brouilleur ou une éolienne) et indiquant les résultats de couverture espérés ainsi que les brouillages éventuels (avant et après installation du réémetteur). Pour chaque étude, le nombre d’habitants desservis ou affectés doit être fourni.

Le déroulement de la procédure

La procédure de demande d’autorisation est la suivante :


– le demandeur fait parvenir au Conseil un dossier complet de demande d’autorisation de réémetteur TNT ;
– le Conseil vérifie l’exhaustivité du contenu et la recevabilité du dossier ;
– le Comsis est consulté sur le projet s’il est recevable ;
– le dossier fait l’objet d’une étude technique par les services du Conseil ;
– il est ensuite présenté au Conseil pour décision ;
– la décision du Conseil est publiée au Journal officiel de la République française ;
– le demandeur procède à la mise en service du réémetteur TNT dans les trois mois suivant la décision ;
– l’installation est contrôlée par les agents du Conseil.


Cette procédure demande en principe huit à dix semaines de traitement entre la réception d’un dossier complet et la délivrance de l’autorisation.


Contraintes techniques

Le demandeur s’engage à respecter les conditions et contraintes techniques de diffusion fixées par le Conseil, notamment dans le cadre des dispositions de la loi du 30 septembre 1986. La diffusion en mode SFN (2) est prioritaire : si la zone de desserte du réémetteur est inscrite dans une zone de desserte d’émetteurs retenus par le Conseil, les réémetteurs concernés doivent utiliser les mêmes fréquences, pour chaque multiplex, que celles des émetteurs retenus par le Conseil. En cas de modification des fréquences des émetteurs retenus par le Conseil, les fréquences des réémetteurs concernés doivent immédiatement être à leur tour modifiées. Une diffusion portant sur des fréquences en mode MFN (3) peut être proposée si le secteur n’est pas inscrit dans des zones retenues par le Conseil. Si une installation de réémetteurs autorisée en MFN est inscrite par la suite dans une zone ajoutée à celle retenue par le Conseil, la collectivité s’engage à faire modifier sans délais son installation pour une diffusion en SFN.
Le cas échéant, le Conseil doit au préalable informer les bénéficiaires d’autorisation de réémetteurs TNT des modifications éventuelles de son plan de fréquences rendant nécessaire une adaptation technique, notamment des fréquences des réémetteurs TNT.


Le projet d’implantation de réémetteur TNT ne doit pas entraîner de réaménagements de fréquences notamment sur des zones limitrophes. L’autorisation peut être refusée ou, le cas échéant, modifiée ou retirée lorsque la ressource radioélectrique demandée ou attribuée provoque des interférences avec d’autres usages légalement autorisés. La protection des émissions sur le secteur concerné n’est pas garantie.  Le projet d’installation fait l’objet d’un avis du Comsis pour chaque réémetteur concerné. Le Conseil est tenu par cet avis lorsqu’il est fondé sur un motif tiré du respect des valeurs limites d’exposition du public aux rayonnements électromagnétiques. Le bénéficiaire s’engage à se soumettre à tout contrôle des installations concernées par les agents du Conseil ou de l’Agence nationale des fréquences (ANFR), et à se conformer à leurs conclusions. En cas de brouillage dû à l’installation d’un réémetteur TNT, il s’engage à tout mettre en œuvre pour y apporter une solution dans les meilleurs délais. Cette solution peut aller jusqu’à l’arrêt du réémetteur TNT responsable.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Please fill the required fields*