Un maire n’est pas en droit de réglementer le déploiement des compteurs ” Linky ” sur le territoire de sa commune en imposant la collecte du consentement des administrés.

Recours gagnant d’Enedis

La société Enedis a obtenu du tribunal administratif de Nîmes d’annuler l’arrêté par lequel le maire a réglementé le déploiement des compteurs ” Linky “.  L’arrêté attaqué a pas seulement été pris dans le but d’assurer l’exécution de la loi du 6 janvier 1978, dans le cadre de la délibération n° 2012-404 du 15 novembre 2012 de la CNIL relative aux traitements des données de consommation détaillées collectées par les compteurs communicants, mais dépassait le simple rappel des recommandations de la CNIL qui préconise seulement que l’information soit transmise à l’usager par le biais de son contrat d’abonnement et d’une plaquette informative, mais ne prévoit nullement de vérifier au préalable le consentement des usagers à l’installation des compteurs.

Conformité des compteurs communicants

De plus, la commune ne démontrait pas davantage en appel que l’utilisation des informations collectées par les compteurs communicants s’effectuait dans des conditions contraires à la loi du 6 janvier 1978, ou aux recommandations de la CNIL et serait ainsi de nature à porter atteinte à la vie privée ou aux libertés individuelles des habitants de la commune.

Nature des données collectées


Ainsi que l’a jugé le Conseil d’Etat dans la décision n° 426060 en date du 11 juillet 2019, il résulte des articles L. 111-52, L. 322-8 et L. 341-4 du code de l’énergie que le législateur a prévu que les gestionnaires des réseaux publics de transport et de distribution d’électricité mettent en oeuvre des dispositifs permettant aux fournisseurs de proposer à leurs clients des prix différents selon les périodes de l’année ou de la journée et incitant les consommateurs à limiter leur consommation pendant les périodes de forte consommation. La loi a imposé à cette fin aux gestionnaires de réseaux publics de mettre à la disposition des consommateurs leurs données de comptage, des systèmes d’alerte de consommation et des éléments de comparaison sur les consommations.

Il appartient, dans ce cadre, au Premier ministre de fixer par décret les modalités de mise à disposition des données devant être recueillies par les compteurs électriques communicants, lesquels permettent de disposer et de transmettre les données nécessaires. Le ministre chargé de l’industrie a été chargé, avec la Commission de régulation de l’énergie, de déterminer les fonctionnalités et spécifications de ces compteurs. Ces compteurs sont, par ailleurs, soumis aux dispositions de l’article R. 323-28 du code de l’énergie. Ils sont également soumis au décret n° 2015-1084 du 27 août 2015, qui transpose en droit interne les objectifs de la directive 2014/30/UE du 26 février 2014.

Il appartient ainsi aux autorités de l’Etat de veiller, pour l’ensemble du territoire national, non seulement au fonctionnement optimal du dispositif de comptage au vu notamment des exigences d’interopérabilité mais aussi à la protection de la santé publique par la limitation de l’exposition du public aux champs électromagnétiques, en mettant en oeuvre des capacités d’expertise et des garanties techniques indisponibles au plan local.

Décision hors de portée du Maire

Dans ces conditions, si les articles L. 2212-1 et L. 2212-2 du code général des collectivités territoriales habilitent le maire à prendre, pour la commune, les mesures de police générale nécessaires au bon ordre, à la sûreté, à la sécurité et à la salubrité publiques, il ne saurait adopter sur le territoire de la commune des décisions portant sur l’installation de compteurs électriques communicants. Téléchargez la décision

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Please fill the required fields*